Petit guide du masochisme enfantin.

Publié le par Callie


Touche-moi, touche-moi,  touche cette chair qui est tienne, sens-là, devine le sang qui afflue dans ce que tes lèvres embrassent goulument, touche-moi, touche-moi, touche-moi... Sauce tes doigts de guitariste dans l'encre de chine, attention ça tache, et empreigne mes seins de tes empreintes digitales, pour qu'elles deviennent miennes aussi, confonds ton identité en la mienne, tache mon corps de ton souffle, de ton regard, de ton toucher, touche-moi... Je suis la source de tes mélodies comme tu es l'océan de mes écrits. Du moins j'aimerais bien.  DIGI talement parlant, sens ce que tu effleures, avec ton nez et avec ton âme, petit monstre, tu es le champion.  Aime-moi autant que tu le peux, enveloppe-moi tant que je suis là, mords-moi, frappe-moi, touche moi,,  tu es encore là, n'est-ce pas? De corps, je le crois bien, mais d'esprit? Ne me quittes pas de ce point de vue-là. De l'autre non plus, je t'ai demandé de me toucher. JE VEUX sentir que tu peux me faire mal, que tu peux me rejeter, me faire soufrir corporellement, car si tu le peux, ton corps sera près du mien.  Peu importe ce que tu lui infliges, fais ce que tu veux à mon corps, tu lui portes de l'attention, non?  Puis-je mourir du contact entre ma chair et la tienne ?  M'offrirais-tu cette faveur?  Exploite-moi. et fouette-moi.   
 I LIKE MONSTER MEN, lalala, lalalala la.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article